Journée d’étude 2022

Santé sexuelle et reproductive face aux crises :
Perspectives internationales

Mardi 14 juin 2022 de 8h30 à 17h00
Salle 0.033 Bâtiment Sud, Campus Condorcet,
5 Cour des Humanités, Aubervilliers, France

Journée d’étude organisée par les membres du laboratoire junior Contraception&Genre (Campus Condorcet) avec le soutien du pôle Perspective Internationales de l’Ined

Argumentaire

Programme

Informations et inscription

affiche_SSRcrises

Argumentaire

Les mesures de confinement des populations afin de faire face à la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 ont fortement restreint l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive (Hussein, 2020 ; Moreau et al., 2020 ; Riley et al., 2020 ; Todd-Gher et Shah, 2020 ; WHO, 2020). De pose alors la question de possibles entraves à l’exercice des droits sexuels et reproductifs, dans un contexte pourtant marqué par une plus grande vulnérabilité face aux violences de genre – dont les violences sexuelles (Mahase, 2020). Si cette crise sanitaire est sans précédent dans les pays du Nord, au moins à l’échelle d’une vie humaine, c’est en revanche moins le cas dans les pays du Sud qui ont connu d’autres épisodes épidémiques récemment, liées aux virus Ebola ou Zika notamment. Par ailleurs, il apparaît qu’au-delà de l’émergence de nouvelles épidémies, d’autres évènements critiques peuvent limiter l’exercice des droits sexuels et reproductifs.
La particularité de notre approche est de mettre en perspective la crise sanitaire récente vis-à-vis d’autres types de crises, qu’elles soient sanitaires, économiques, migratoires ou politiques. Si la notion de crise n’est pas clairement définie en sciences sociales, quelques travaux en ont pourtant proposé une théorisation. Selon le politologue Karl Weick, les crises ont toutes pour particularité d’induire un “épisode cosmogonique” : une perte de sens relative qui a pour effet de déstabiliser les acteurs et d’entraîner une certaine réorganisation du monde social (1993, p. 633). Les crises semblent en outre avoir ceci de commun qu’elles aggravent de manière dramatique les fractures sociales, économiques et politiques (Dobry, 2009 ; Lambert, Cayouette-Remblière et Méda, 2021), qui sont souvent à la base des inégalités en santé sexuelle et reproductive (Whitehead et Dahlgren, 2006). Mais elles peuvent aussi apparaître comme des moments d’avancée et de remobilisation en faveur des droits sexuels et reproductifs. Nous partons ainsi de l’hypothèse que les situations désignées comme “crises” contiennent certains éléments communs, dont il est intéressant d’analyser les effets sur la santé sexuelle et reproductive.
Différents travaux articulant crises et santé sexuelle et reproductive seront ainsi mis en dialogue lors de cette journée d’étude. Ces interventions aborderont différentes questions qui permettront notamment de mettre en perspective la crise du Covid-19 avec d’autres types de crises. Quels sont les changements dans les vies intimes des personnes pendant et après une crise ? Les crises peuvent-elles également contribuer à l’émergence de nouvelles formes de vulnérabilités, ou constituer un point de “bifurcation” (Bessin, Bidart et Grossetti, 2010) pour les personnes ? Dans tout type de crise, le rôle des femmes et des mouvements féministes est enfin crucial, en raison de la persistance des structures patriarcales, et de la tendance de ces épisodes à accentuer ces dynamiques. Quels rôles jouent ces acteurs et actrices dans le maintien des droits en santé sexuelle et reproductive en contexte dégradé ? A contrario, les crises peuvent-elles offrir une opportunité ou être le prétexte d’une réorganisation de l’ordre social et de l’invention de nouveaux modèles concernant la santé sexuelle et reproductive ?
Le premier axe de notre journée d’étude portera sur les modifications de l’offre de soins en santé sexuelle et reproductive dans le contexte de la crise sanitaire actuelle. Le deuxième axe se concentrera sur la reconfiguration des pratiques et des normes. Enfin, le troisième axe interrogera la construction sociale des enjeux liés à la santé sexuelle et reproductive comme responsables de crises.

Références

Bessin Marc, Bidart Claire, Grossetti Michel (dir.), 2010, Bifurcations : les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, Recherches, 397 p.

Dobry Michel, 2009, Sociologie des crises politiques, Presses de Sciences Po, 432 p.

Hussein Julia, 2020, « COVID-19: What implications for sexual and reproductive health and rights globally? », Sexual and Reproductive Health Matters, 28(1), p. 1746065.

Lambert Anne Directeur de publication, Cayouette-Remblière Joanie Directeur de publication, Méda Dominique Préfacier, 2021, L’explosion des inégalités : classes, genre et générations face à la crise sanitaire, La Tour-d’Aigue, France, Éditions de l’aube, 445 p.

Mahase Elisabeth, 2020, « Covid-19: EU states report 60% rise in emergency calls about domestic violence », BMJ, 369.

Moreau Caroline, Shankar Mridula, Glasier Anna, Cameron Sharon, Gemzell-Danielsson Kristina, 2020, « Abortion regulation in Europe in the era of COVID-19: a spectrum of policy responses », BMJ Sexual & Reproductive Health.

Riley Taylor, Sully Elizabeth, Ahmed Zara, Biddlecom Ann, 2020, « Estimates of the Potential Impact of the COVID-19 Pandemic on Sexual and Reproductive Health in Low- and Middle-Income Countries », International Perspectives on Sexual and Reproductive Health, 46, p. 73‑76.

Todd-Gher Jaime, Shah Payal K., 2020, « Abortion in the context of COVID-19: a human rights imperative », Sexual and Reproductive Health Matters, 28(1), p. 1758394.

Weick Karl E., 1993, « The Collapse of Sensemaking in Organizations: The Mann Gulch Disaster », Administrative Science Quarterly, 38(4), p. 628‑652.

Whitehead Margaret, Dahlgren Göran, 2006, « Concepts and principles for tackling social inequities in health: Levelling up Part 1 », 2, Copenhagen, Denmark, WHO Regional Office for Europe.

WHO, 2020, « COVID-19: Operational guidance for maintaining essential health services during an outbreak », Geneva, Switzerland, World Health Organization.

Programme

Version imprimable

8h30 Café d’accueil

9h00 Introduction à la journée : Valentine Becquet (Ined, Ceped)

9h15 Modifications de l’offre de soins
Chaire : Rosanna Sestito (Nanterre GTM, CRESPPA-LEGS)

    • Noémie Roland (Gis Epi-Phare, Inserm-Cesp) : Effets de la pandémie COVID-19 sur la consommation de contraceptifs remboursés en France
    • Pierre-Louis Bithorel (Drees, Ined) : La crise sanitaire de COVID-19 et l’assistance médicale à la procréation en France
    • Virginie Rozée (Ined) et Clémence Schantz (Université de Paris, IRD, Ceped) : Les représentations de l’accouchement en métropole et à la Réunion : ce que révèle la réorganisation des soins en obstétrique pendant la crise du COVID-19

10h45 Pause

11h00 Reconfiguration des pratiques, reconfiguration des normes
Chaire : Emma Tillich (CSU-CRESPPA, CREDO, ULaval)

    • João Casqueira Cardoso (CEPESE, Université de Porto) : Naître en camp de réfugiés en Syrie, Liban, Jordanie et Turquie : entre droits et pratiques
    • Helena Prado (LinCS, Université de Strasbourg) : Avoir des enfants ou non ? Les couples engagés dans un parcours de PMA durant l’épidémie du virus Zika au Brésil (2015-2016)
    • Mireille Le Guen (Ined, UCLouvain) : La “crise des pilules” en Belgique, en France et en Suisse : quels effets sur les pratiques contraceptives ?

12h30 Repas

14h00 La Santé sexuelle et reproductive comme instrument de crises
Chaire : Salomé Rodrigues (EHESS)

    • Anne-Sophie Crosetti (FNRS, ULB) : Faire et défaire la crise politique : les lois IVG en Belgique
    • Mona Claro (ULiège) : “Crise démographique” et restriction du droit à l’avortement en Russie (années 2000 – années 2010)
    • Justine Chaput (Ined, Cridup) : Crise sanitaire du COVID-19 et avortement en France : analyse des modifications légales et des données nationales

15h30 Pause

15h45 Conclusion : Arlette Gautier (Université de Bretagne Occidentale)

Informations et inscription

Mardi 14 juin 2022 de 8h30 à 17h00
Salle 0.033 Bâtiment Sud, Campus Condorcet,
5 Cour des Humanités, Aubervilliers, France

Inscription obligatoire : cliquez ici

Comité d’organisation
Valentine Becquet (Ined, Ceped)
Mireille Le Guen (Ined, UCLouvain)
Salomé Rodrigues (EHESS)
Rosanna Sestito (Nanterre GTM, CRESPPA-LEGS)
Emma Tillich (CSU-CRESPPA, CREDO, ULaval)
Pour le laboratoire Junior Contraception&Genre