Bienvenue sur le site du laboratoire junior Contraception&Genre

 

Prochaine séance de séminaire du laboratoire junior Contraception&Genre

« Arrêter la pilule »

26 février 2019 de 9h30 – 12h30
Ined
133, boulevard Davout- Paris 20e
salle Sauvy

Juliette Pitisci, journaliste à la RTBF, et Marion Tisserand, diplômée du master genre de l’Université Lyon 2, présenteront leur travaux.

Entrée libre, inscription obligatoire par mail à contraception.genre@gmail.com

Plus d’infos ici.


Les membres du Laboratoire Junior Contraception&Genre sont heureu·ses·x d’accueillir trois nouvelles personnes :

Valentine Becquet, démographe et jeune docteure
Anaïs Cornier, sociologue, masterante à l’EHESS
Marion Tisserand, diplômée du master genre à l’Université Lyon 2

Nous leur souhaitons la bienvenue !


Actualités

Les membres du Laboratoire Junior Contraception&Genre s’associent au membres du bureau de l’association EFiGiES contre la hausse des frais d’inscription à l’Université des étudiant·e·s étrangèr·e·s extra-communautaires

Ci-dessous le communiqué de l’association EFiGiES à laquelle le laboratoire junior est rattaché :

EFiGiES contre a hausse des frais d’inscription des étudiant-e-s étrangèr-e-s hors UE

Le 19 novembre 2018, le Premier Ministre Edouard Philippe a annoncé une hausse des frais d’inscription pour les étudiant-e-s étranger-e-s : 2770 euros en Licence, 3770 en Master et Doctorat. Mesure pour le moins contradictoire puisqu’elle aurait pour objectif d’augmenter le nombre d’étudiant-e-s étranger-e-s extra-européen-ne-s en France. En tant qu’association de jeunes chercheur-se-s, EFiGiES souhaite faire part de son indignation face à une réforme à la fois injuste et précarisante, qui va à l’encontre des valeurs portées par l’association.

La mesure ne concerne pas les étudiant-e-s de l’Union Européenne qui bénéficient d’accords, ce sont les extra-européen-ne-s non résident-e-s en France qui sont visé-e-s par cette réforme. C’est donc une nouvelle discrimination liée à la nationalité des personnes qui est institutionnalisée par cette réforme. Pour justifier cette mesure, le gouvernement dit vouloir favoriser la venue en France d’étudiant-e-s de pays émergents, mais dans le même mouvement il pénalise les étudiant-e-s les moins aisé-e-s, engendrant ainsi des inégalités qui n’ont pas lieu d’être dans un système qui, il n’y a pas si longtemps, se targuait d’encourager l’égalité des chances. Les étudiant-e-s étranger-e-s de milieux les plus modestes seront donc pénalisé-e-s, et en premier lieu les étudiant-e-s issu-e-s du continent africain qui représentent 45% des étudiant-e-s étranger-e-s en France. Cette mesure, comme toute autre forme de discrimination, engendre donc un tri de plus parmi les étudiant-e-s, générant des inégalités d’accès aux ressources scolaires et, in fine, économiques .Par ailleurs, il s’agit d’un coup porté au maintien d’une francophonie universitaire et scientifique alors même que le président présentait en mars 2018 son grand plan pour la francophonie. L’augmentation des bourses annoncée par le gouvernement ne suffira pas à compenser les inégalités d’accès à l’enseignement supérieur que crée cette mesure. Enfin, cette réforme augure une augmentation générale des frais d’inscription pour les étudiant-e-s en France, qu’elles et ils soient étranger-e-s ou de nationalité française. L’État se défausse ainsi de ses responsabilités et prépare le transfert du financement de l’université, déjà exsangue, sur les étudiant-e-s.

EFiGiES s’oppose à l’augmentation des frais d’inscription dans l’enseignement supérieur pour les étudiant-e-s étrangèr-e-s, quel que soit leur niveau d’études. Ces étudiant-e-s sont en grande majorité déjà dans des situations précaires L’association tient également à préciser que l’inscription au doctorat devrait être gratuite, dans la mesure où un-e doctorant-e est un-e travailleur-se et ne devrait pas avoir à payer pour pouvoir travailler. À ce titre, il est ubuesque que les doctorant-e-s étrangèr-e-s voulant s’inscrire en doctorat l’année prochaine aient à payer presque 4000€ pour pouvoir ce faire.

À celles et ceux qui prétextent que la mesure est juste car les parents des étudiant-e-s internationaux ne paient pas d’impôts en France (ce qui ouvre d’ores et déjà la voie vers une justification de l’augmentation des frais d’inscription à l’université à d’autres publics), l’association EFiGiES souhaite rappeler que la principale ressource de l’État est la TVA et que les étudiant-e-s étrangèr-e-s rapportent tous les ans 1,6 milliards d’euros à la France.

Pour toutes ces raisons, les membres du bureau d’EFiGiES appellent à rejoindre les mobilisations en cours contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiant-e-s étrangèr-e-s.

Le bureau d’EFiGiES


Prochaine séance de séminaire du laboratoire junior Contraception&Genre

« Les usages dérivés de la contraception »

26 novembre 2018 de 9h30 – 12h30
EHESS
105, boulevard Raspail- Paris 6e
salle 2

Emma Tillich, doctorante à l’EHESP, et Anne-Charlotte Millepied, doctorante à l’EHESS et à l’Unige, présenteront leur travaux.

Entrée libre, inscription obligatoire par mail à contraception.genre@gmail.com

Plus d’infos ici.


Prochaine séance de séminaire du laboratoire junior Contraception&Genre

« Contraception et avortement. Injonctions et affects »

30 octobre 2018 de 9h30 – 12h30
Ined
133, boulevard Davout – Paris 20e
salle 111 (1er étage)

Laurine Thisy, doctorante à l’université Paris 8, et Julie Ancian, doctorante à l’EHESS, présenteront leur travaux.

Entrée libre, inscription obligatoire par mail à contraception.genre@gmail.com

Plus d’infos ici.


Nouvelle publication

Cécile Thomé, doctorante à l’EHESS, et Mylène Rouzaud-Cornabas, doctorante à l’Université Paris-Sud, toutes deux membres du laboratoire junior Contraception&Genre, ont publié un article intitulé
« Comment ne pas faire d’enfants ? La contraception, un travail féminin invisibilisé »
dans la revue Recherches anthropologiques et sociologiques.

L’article est disponible ici.

Le numéro de la revue consacré au travail procréatif, et coordonné par Marie Mathieu et Lucile Ruault, est disponible ici.


Le Laboratoire Junior au CIRFF !

Les membres de Laboratoire Junior Contraception&Genre seront présent.e.s au Congrès international de Recherches Féministes dans la Francophonie (CIRFF)

Mardi 28 août, 14h00-15h20
Colloque des étudiant·e·s , doctorant·e·s et jeunes chercheur·e·s en études Féministes, Genre et Sexualités de l’association EFIGIES
Leslie Fonquerne et Cécile Thomé présenterons le laboratoire Junior Contraception&Genre

Mercredi 29 août, 15h40-17h00
Débat : Peut-on être féministe et anti-pilule ?
Organisé par Mirelle Le Guen, Cécile Thomé, Anne-Charlotte Millepied et Emma Tillich
Présidé par Nathalie Bajos (Inserm-Cesp)


Les membres du Laboratoire Junior Contraception&Genre sont heureu·ses·x d’accueillir trois nouvelles personnes :

Cécilia Germain, sociologue et jeune docteure
Anne-Charlotte Millepied, sociologue, doctorante à l’EHESS et à l’Unige
Emma Tillich, sociologue, masterante à l’EHESS

Nous leur souhaitons la bienvenue !


Prochaine séance de séminaire du laboratoire junior Contraception&Genre

« Contraception et entrée dans la sexualité »

20 juin 2018 de 9h30 – 12h30
Ined
133, boulevard Davout – Paris 20e
salle Sauvy

Yaelle Amsellem-Maingy, chercheuse à l’Injep, et Mona Claro, doctorante à l’EHESS, présenteront leur travaux.

Entrée libre, inscription obligatoire par mail à contraception.genre@gmail.com

Plus d’infos ici.


Prochaine séance de séminaire du laboratoire junior Contraception&Genre

« Le marché de la contraception en France, avant et après sa légalisation »

23 mars 2018 de 9h00 – 12h00
Université Paris Descartes
45, rue des Saints-Pères – Paris 6e
salle des thèses

Cyrille Jean, doctorant à Sciences Po, et Alexandra Roux, doctorante à l’EHESS, présenteront leur travaux.

Entrée libre, inscription obligatoire par mail à contraception.genre@gmail.com

Plus d’infos ici.


Mireille Le Guen, doctorante à l’Université Paris Sud et membre du laboratoire junior Contraception&Genre, était au stand de l’Ined au Salon du Livre Paris pour parler de notre article publié dans Populations & Sociétés « Cinquante ans de contraception légale en France : diffusion, médicalisation, féminisation ».

DYf9BLLW0AEHQ2D


Nouvelle publication

Leslie Fonquerne, doctorante à l’UT2J et membre du laboratoire junior Contraception&Genre, a co-publié une note de blog intitulée « Mémoires et actualités de la contraception et de l’avortement en France » dans la revue en ligne Mondes sociaux.

L’article est disponible ici.


Le laboratoire junior Contraception&Genre recrute !

Vous êtes masterant.e, doctorant.e, post-docorant.e ou jeune chercheur/se.
Vous travaillez sur des questions relatives à la contraception dans une perspective de genre.
Vous souhaitez échanger sur votre recherche avec d’autres personnes travaillant sur la contraception, dans une ambiance bienveillante.
Rejoignez le laboratoire junior Contraception&Genre !
Envoyez-nous un mail ici en nous précisant votre statut (master, doc, post-doc,…) et votre sujet de recherche et nous vous recontacterons.


Le laboratoire junior Contraception&Genre dans les médias

Alexandra Roux, doctorante à l’EHESS, et Mylène Rouzaud-Cornabas, doctorante à l’EDSP-Paris Sud, toutes deux membres du laboratoire junior Contraception&Genre, sont intervenues dans l’émission LSD, La Série Documentaire sur France Culture intitulée : Le sexe comme objet – Savoirs et sexualité (3/4) : Le petit comprimé qui a changé la face du monde, une histoire scientifique de la pilule.
Pour écouter ou ré-écouter l’émission c’est ici.

Nous vous invitons également à écouter les autres émissions sur cette thématique :

Le sexe comme objet – Savoirs et sexualité (1/4) : A quoi servent les Porn studies ? Le porno à bras le corps
Le sexe comme objet – Savoirs et sexualité (2/4) : Enquêter sur les pratiques sexuelles, une aventure scientifique au temps du sida
Le sexe comme objet – Savoirs et sexualité (4/4) : Sexe, mensonges et grandes questions : quelques séances d’éducation sexuelle au lycée


Le laboratoire junior Contraception&Genre dans les médias

Cécile Thomé, doctorante à l’EHESS et membre du laboratoire junior Contraception&Genre était une des invitées des Matins de France Culture du 28 décembre 2017 pour parler des 50 ans de la légalisation de la contraception.
Pour écouter ou ré-écouter son intervention c’est ici et .

Les autres médias qui parlent de nos travaux :


Le colloque « Genre et Contraception : quelles (r)évolutions ? » s’est achevée sur un succès !
Merci à tout.e.s les participant.e.s d’avoir répondu à notre appel.
A très vite !
contragenre.jpg

Nouvelle publication

Pour célébrer le cinquantième anniversaire de la loi Neuwirth (légalisation de la contraception en France), les membres du laboratoire junior Contraception&Genre retracent dans un article pour Populations & Sociétés l’histoire de la contraception en France, et comparent la situation française à celle observée ailleurs dans le monde.

L’article de Population & Sociétés disponible ici.


Le programme du colloque « Genre et contraception : quelles (r)évolutions » est disponible !

Invitées en sessions plénières :

Elizabeth Watkins (Université de Californie, États-Unis d’Amérique)
Nelly Oudshoorn (Université de Twente, Pays-Bas)
Françoise Vergès (Collège d’études mondiales, France)
Diana Greene Foster (Université de Californie, États-Unis d’Amérique)

Voir le programme

programmeG&C_fr_Page_1


Le laboratoire junior Contraception&Genre dans la presse

A l’occasion de la journée mondiale de la vasectomie (13 novembre), Cécile Ventola, chercheuse à l’Ined et membre du laboratoire junior Contraception&Genre, parle dans le journal Marianne des raisons du faible recours à cette méthode en France.
L’article de Marianne disponible ici.

Alexandra Roux, doctorante à l’EHESS et membre du laboratoire junior Contraception&Genre, a été interviewée par Alternatives économiques au sujet de son article « Des experts aux logiques profanes : les prescripteurs de contraception en France » co-écrit avec Cécile Ventola et Nathalie Bajos.
L’article d’Alternatives économiques disponible ici.


Dernières publications

Le Guen Mireille, Roux Alexandra, Rouzaud-Cornabas Mylène, Fonquerne Leslie, Thomé Cécile, Ventola Cécile pour le Laboratoire junior Contraception&Genre, 2017, « Cinquante ans de contraception légale en France : diffusion, médicalisation, féminisation », Population et Sociétés, 549, p. 1‑4.

Roux Alexandra, Ventola Cécile, Bajos Nathalie, 2017, « Des experts aux logiques profanes : les prescripteurs de contraception en France », Sciences sociales et santé, 35(3), p. 41‑70.

Rahib Delphine, Le Guen Mireille, Lydié Nathalie, 2017, « Contraception. Quatre ans après la crise de la pilule, les évolutions se poursuivent », Baromètre Santé 2016, p. 1‑8.

Journée Mondiale de la Contraception

Tribune parue dans Le Monde du 27 septembre 2017 à l’occasion de la Journée Mondiale de la Contraception

« Au lieu de condamner la pilule, considérons la parole des femmes »

Ce mois-ci, la sortie du livre de Sabrina Debusquat J’arrête la pilule a relancé le débat sur les « dangers » de la contraception hormonale, et plus particulièrement de la pilule. Il faut bien sûr se réjouir que des femmes se réapproprient une parole sur leur santé sexuelle et reproductive qui est trop souvent confisquée par des médecins, et que cette parole soit relayée dans la presse grand public, comme c’est le cas ici ou encore, récemment, au sujet des violences gynécologiques et obstétricales. La France se distingue de beaucoup d’autres pays par un modèle contraceptif centré sur la pilule, et il est salutaire de se poser des questions à ce sujet. Lire la suite.

Cécile Ventola, chercheuse à l’Ined et membre du laboratoire junior Contraception&Genre, a répondu aux questions des internautes sur le site du Monde.


Présentation du laboratoire junior Contraception&Genre

Les membres du laboratoire junior

Colloque 2017 « Genre et contraception : quelles (r)évolutions »

Publicités